dimanche 1 décembre 2013

LA NAISSANCE DE LA PSYCHOGENEALOGIE

La psychogénéalogie est plus "psy" que "généalogie" ; il s'agit d'une thérapie que l'on peut faire sans même avoir réalisé le moindre arbre généalogique, simplement à partir de la mémoire familiale . Que recouvre au juste la psychogénéalogie ?


L'idée maîtresse de cette thérapie est qu'il est possible de soigner plus vite et plus facilement un "mal-être" si l'on s'intéresse non seulement au classique triangle freudien père-mère-enfant, mais aussi à la famille tout entière : un grand-père autoritaire, une tante qui se mêle de tout, un oncle dont personne ne veut parler ...peuvent peser sur l'inconscient tout autant que les parents . La psychogénéalogie, c'est donc l'étude et la prise en compte de l'influence des générations précédentes dans nos comportements . Quels sont les premiers concepts identifiés par la psychogénéalogie ?



LE CONCEPT DE "FANTOME"


En psychogénéalogie, le "fantôme" est un traumatisme qui n'a pas été verbalisé, qui reste du domaine du non-dit, souvent parce qu'il est lié à une souffrance ou à une honte trop grande : une faillite, un suicide raconté comme un accident ... Ce concept défini par la psychiatre Nicolas Abraham dans l'Ecorce et le noyau (1978) met en jeu 3 générations : la première, celle qui sait mais qui ne dit pas, parce que pour elle le secret est "indicible" ; la deuxième, pour laquelle le secret est "innommable", c'est-à-dire ressenti (on voit les parents au bord des larmes ou se braquant dès que certains lieux ou termes sont abordés), mais sans possibilité de le connaître et de la mettre en mots ; la troisième, pour laquelle ce secret est devenu "impensable" provoque des troubles mentaux ou physiques, des peurs, des phobies ...Bref, selon un adage classique de la psychogénéalogie, l'absence de "mots" se traduit par des "maux" pour les générations suivantes .


L'IDEE DE "LOYAUTE FAMILIALE INVISIBLE"


C'est au psychanalyste hongrois Ivan Boszormenyi-Nagy qu'on doit les concepts de "loyauté familiale invisible" et de "grand livres des comptes familiaux" . Tout cela reste non écrit, mais se traduit dans l'affectif ou dans le physique . Selon lui, tant que les membres d'une même famille ont entre eux de l'affection et des égards réciproques, tout va bien . Mais si certains membres de la famille sont exploités par d'autres ou rejetés alors qu'ils ont beaucoup aidé, cela se traduit en quelques sorte par des "dettes", des "impayés", avec des ressentiments qui peuvent passer de générations en générations et entraîner des pathologies, voire des accidents . Ceci étant dit, toutes les familles n'ont pas ce que l'on pourrait appeler les mêmes règles de compte et il faut découvrir ces règles avant de débuter l'analyse . La psychogénéalogie peut ainsi mettre au jour des rancunes liées à des spoliations ou les motivations profondes de certains choix de vie, qui relèvent en fait de tentatives de récupération d'un statut perdu ou d'une fidélité au statut des ancêtres .


LA NEVROSE DE CLASSE


La névrose de classe a été particulièrement étudiée par le professeur de psychosociologie Vincent de Gauléjac, qui décrit la "double contrainte" invisible qui pèse sur chaque individu, tiraillé entre son besoin de loyauté sociofamiliale et son désir de promotion personnelle, avec un conflit psychique qui survient souvent lorsqu'un écart important se crée entre l'identité d'origine et l'identité acquise . La classique blague de psy : "Grand-père agriculteur, père polytechnicien, fils névrosé" trouve ici toute sa réalité .


LE SYNDROME D'ANNIVERSAIRE


Dans un livre publié en 1993 et devenu un best-seller, Aie, mes aïeux !, la psychothérapeute Anne Ancelin Schutzenberger a introduit la notion de "syndrome d'anniversaire" : on tombe malade à l'âge auquel le père ou le grand-père est tombé malade, on déménage au même âge ou aux mêmes dates de l'année ...L'auteur considère que "l'inconscient a bonne mémoire, qu'il aime les liens de famille et marque les évènements importants du cycle de vie par la répétition de date ou d'âge", qu'une date liée aussi bien à un évènement heureux qu'à un deuil va désormais jouer un rôle et "ressurgir" dans les années, voire les générations qui vont suivre . Elle constate par exemple que de nombreux enfants sont nés "par coïncidence" à la date anniversaire de la naissance et de la mort de ma  mère de la mère, ou d'un enfant précédent, qu'on peut trouver dans les familles des répétitions d'accidents, de mariages, de fausses couches, de décès, de maladies, de grossesses au même âge sur parfois 8 générations, soit près de 200 ans .





 
 
Sigmund Freud avec ses petits-enfants Heinz et Ernst, n'avait pas souhaité remonter au-delà des parents dans l'analyse, sans doute en raison d'une histoire familiale par trop mouvementée .....
 
 
 
 

Généalogie : recherchez vos ancêtres, publiez votre généalogie, consultez l'état civil ... Trafic Booster Annuaire pro libarticom

http://Fun4Days.Com/?share=164403