lundi 4 novembre 2013

LA NOURRICE

En 1907, 30 à 40 % des enfants des grandes villes étaient encore placés à la campagne chez des nourrices . Autant dire que la nourrice faisait partie du paysage social d'autrefois . Qu'elle ait allaité l'un de vos ancêtres comme nounou ou qu'elle en fut la mère, vous la retrouverez immanquablement dans l'entourage de vos aïeux .
Il y a nourrice et nourrice . Selon les cas, elles sont dites "sur lieu" (lorsqu'elles viennent allaiter le nouveau-né dans la famille) ou "à distance" (lorsqu'elles l'accueillaient chez elles à la campagne), des traditions qui se sont poursuivies jusqu'au XX e siècle . Et ce, parfois, au prix de sacrifices, voire de la survie de leurs propres enfants .....
 
 

DES NOURRICES DE PLUS EN PLUS NOMBREUSES



La pratique de la mise en nourrice est déjà courante en France au Moyen Âge mais, jusqu'u XVI e siècle, l'allaitement nourricier reste l'apanage des milieux aristocratiques . Le recours à la nourrice ne se généralise dans la bourgeoisie qu'à partir du XVII e siècle, et dans toutes les couches de la société urbaine qu'au XVIII e siècle . La plupart des enfants de Paris et des grandes villes sont alors placés en nourrice, pour un temps variable selon les ressources des parents . Tandis que l'aristocratie fait venir des nourrices qu'elle enrubanne et paie correctement, les femmes d'artisans placent leurs enfants à la campagne, moyennant parfois de gros efforts financiers . Seules les femmes des milieux populaires continuent à allaiter . L'imitation des comportements aristocratiques et le travail artisanal des femmes ne semblent pas vraiment les seules explications . Joue surtout l'idée que l'air urbain est fort nuisible pour le nourrisson . Par ailleurs, la misère des campagnes pousse les femmes à vendre leur lait au plus  bas prix, rendant le placement nourricier accessible au grand nombre .



LE CHOIX DE LA NOURRICE



Dès le XVI e siècle, des conseils pour procéder au choix d'une nourrice sont abordés dans les traités de puériculture et d'accouchement . Des caractéristiques morales et physiques sont rigoureusement définies .. mais pas toujours respectées .
Au XVII e siècle, Paris tente de mieux organiser les flux des nourrices et des bébés placés . Un Grand Bureau est mis en place dès 1769 pour centraliser le recrutement des nourrices et le travail des meneurs (intermédiaires chargés de convoyer les nourrices dans leurs allers et retours, de les payer chaque mois et de rapporter des nouvelles aux parents ) .
Par ailleurs, une série de lois vise à assurer aux parents le recrutement de bonnes nourrices et aux nourrices des paiement réguliers . Les postulantes doivent fournir un certificat de bonnes vie et mœurs, leur lait doit être en âgé de sept mois à deux ans . Une fois chez elles, elles sont en théorie surveillées par les curés puis, au XIX e siècle, par des chirurgiens-inspecteurs . Mais les contrôles sont mal appliqués, la réglementation inexistante dans bon nombre de villes et des "entremetteuses" agissent en parallèle, à l'écart de tout registre .



DES PRATIQUES REMISES EN CAUSE



Les médecins des XVIIIe siècle et XIX e siècle dénoncent le nourrissage "mercenaire" : voyages éprouvants, mauvaises qualités du lait, manque de surveillance et de propreté, gavage par des bouillies, transmission de maladies .., entraînant une surmortalité des enfants placés, avec parfois dissimulation du décès pour que le salaire reste versé . Malgré tout, la société urbaine met toujours la plupart de ses enfants en nourrice au XIX e siècle . Avec le développement du chemin de fer, de nouvelles régions, comme le Morvan, rentrent dans le marché du nourrissage parisien, le plus important en volume . Si les familles bourgeoises préfèrent désormais faire venir de province des nourrices à domicile pour mieux les surveiller, les nourrissons plus modestes sont toujours envoyés à la campagne dans des conditions qui ne s'améliorent guère . Le système des nourrices ne déclinera qu'avec les nouveaux préceptes d'éducation, la multiplication des biberons l'apparition de la pasteurisation qui les rend sûrs, et la mise en place d'un système de crèches collectives dans les milieux ouvriers .





                                                La nourrice Lithographie de Lemercier (1830)




                                                      La nourrice à la campagne gravure de R.de Launay







http://www.facebook.com/BERNE.genealogiste

Généalogie : recherchez vos ancêtres, publiez votre généalogie, consultez l'état civil ... Trafic Booster Annuaire pro libarticom