mercredi 7 août 2013

LE SOYEUX

Luxe, art et raffinement.... Le métier fait rêver par la richesse des matériaux et la finesse des réalisations . Portant, hormis les négociants qui gèrent le capital et les commandes c'est une "tribu de parias" qui travaille à la dure . Une perpétuelle ironie du sort pour ces ouvriers qui passent leur journée les mains dans le brillant .
 
La soie ? A la fin du Moyen Âge, la France en importe déjà beaucoup . Au XIII ème siècle, plusieurs corporations en ont fait leur métiers : fileuses de soie, dore lotiers (laceurs de soie), passementiers ...A partir du XV ème siècle, souffle un vent de luxe sur la cour, désireuse de copier les nobles italiens; les marchands enrichis et la nouvelle bourgeoisie emboîtent le pas .
Les soieries sont dans leur ligne de mire . MA mi-chemin entre l'Europe du Sud qui la fabrique et l'Europe du Nord qui la convoite, Lyon se fait capitale de la soie . C'est le début d'une industrie où les ateliers familiaux indépendants travaillent pour de grands soyeux . Un histoire qui court su quatre siècles, faite de remous parfois de création souvent, de labeur toujours .

LYON AU COEUR DE LA CRÉATION

L'importation de soies italiennes représentant une "grand vuidange d'or et d'argent ", Louis XI tente d'implanter une industrie nationale de la soie et de faire "les dicts draps d'or et de soye en icelle nostre ville de Lion" . En 1536, la ville se dote de ses premiers ateliers, et la corporation des ouvriers en "drap d'or, d'argent et de soie" voit le jour . Lyon devient l'unique entrepôt de toutes les soies entrant en France . Cependant, les Lyonnais gagnent davantage de la douane que de la manufacture . Aussi les soieries italiennes, meilleures marché, continuent-elles de traverser les Alpes .. Henri IV se lance dans la bataille : la France produira sa matière première . L'élevage de la soie (magnanerie) est lancé dans le Midi et des mûriers sont plantés jusque dans les jardins des Tuileries  ! Colbert instaure un règlement minutieux : organisation des ateliers, hiérarchie de la profession, tissu autorisé aux uns et aux autres, épaisseur de chaque qualité d'étoffe ... Les marques de fabrique deviennent obligatoires .

UNE FABRIQUE TOUT EN HIÉRARCHIE

La fabrique lyonnaise est divisée en plusieurs corps : négociants, chefs d'ateliers et ouvriers . Le négociant ou marchand-fabricant, à la tête des affaires, fournit les matières premières, décide du style des étoffes à réaliser . Il passe commande auprès d'un chef d'atelier qu'il paie à la pièce . Le chef d'atelier, ou maître ouvrier, est propriétaire des métiers installés chez lui . Il fait travailler sa famille mais aussi des apprentis, des compagnons ouvriers : les canuts . Ces derniers n'ont que leurs bras, un salaire misérable (la moitié du prix touché par leur chef) et une vie précaire, avec les aléas dans les commandes . La concurrence entre marchands est telle que l'ouvrier, travaillant jusqu'à 17 heures par jour, devient un gagne-misère . Certains propriétaires arrivent pourtant à se hisser dans "l'aristocratie ouvrière " .

SOIE QUAND TU NOUS TIENS ......

Les avancées technologiques sont déterminantes pour l'évolution de la profession . L'apparition du métier "à la grande tire" autorise les dessins plus grands . En 1805, le métier Jacquard permet à un ouvrier de réaliser seul de grands façonnés . Cela signifie un meilleur rendement, une baisse des prix de revient, mais aussi la fin de nombreuses petites mains . En 1831, face à la paupérisation des ouvriers, une tentative est faite pour fixer les prix du tissage . Mais les canuts, qui voient dans les nouveaux métiers une menace de chômage, se révoltent . Le mouvement fait tache, se politise et la répression ne tarde pas .
En 1850, les soieries lyonnaises s'exportent vers les grandes villes d'Europe et d'Amérique . quelques grandes familles ont, plus que jamais, la main-mise sur les usines de tissage . Au XX ème siècle, la production est concurrencée par les nouvelles matières et les fibres synthétiques, l'évolution des modes vestimentaires et l'entrée de nouveaux pays producteurs sur le marché .





                                                     Atelier de tissage de la soie  Lyon au XIX ème siècle




Généalogie : recherchez vos ancêtres, publiez votre généalogie, consultez l'état civil ... Trafic Booster Annuaire pro libarticom