lundi 16 septembre 2013

LE CADRE DE VIE : LES JOUETS

Les jouets ont laissés peu de traces avant le XVIII ème siècle . Hormis ceux destinés aux cours princières, ils ont malheureusement pour la plupart disparu .
C'est au XIX ème siècle, que le jouet, jusque là réservé à une élite, se généralise : l'artisan cède peu à peu l place à l'industriel, les prix baissent, mais surtout, l'enfant prend une importance nouvelle avant de devenir un consommateur à part entière .


JOUET D'ADULTE, JOUET D'ENFANT

Contrairement aux idées reçues, le jouet, avant le XVIII ème siècle, est surtout réservé aux adultes . On juge inutile de fabriquer des objets rien que pour l'enfant . Cette conception change au siècle des Lumières  . L'Emile ou l'éducation de Rousseau (1762) a un grand retentissement : l'éducation s'assouplit, les besoins spécifiques de l'enfant sont reconnus, et les jouets sont peu à peu conçus pour les plus jeunes . Mais beaucoup gardent un statut ambivalent et servent à des expérimentations . Les jouets d'optique conduisent au cinématographe, le cheval mécanique préfigure le vélocipède, et Edison expérimente son phonographe en créant une poupée parlante . Le grand nombre de brevets déposés à partir de 1791 dans le domaine du jouet témoigne de ce phénomène . Et le premier concours Lépine, en 1901, ne concerne que les jouets .


DU PRIVILÈGE A LA GRANDE CONSOMMATION


Au XVII ème siècle, les jouets sont fabriqués surtout pour les princes . Objets magnifiques et fragiles, ils sont d'abord faits pour être regardés . Le futur Louis XIV reçoit ainsi une chambre miniature, la "Chambre du Sublime", peuplée de figurines en cire représentant la cour de France . Les autres enfants jouent avec ce qu'ils trouvent ou avec ce que leur fabriquent leurs parents : un animal taillé au couteau dans une chute de bois, une poupée cousue avec un bout de chiffon .
Au  siècle suivant, apparaissent des jouets bon marché achetés aux colporteurs ou aux merciers : chevaux en carton, toupies en bois, petits objets en plomb ou en mauvais étain ... Cette bimbeloterie se généralise au XIX ème siècle . Les artisans fabricants viennent d'horizons divers : ferblantiers, merciers, opticiens, menuisiers, mécaniciens, ingénieurs ....Giroux, inventeur du kaléidoscope, est peintre, et Schmitt, le père des bébés articulés, est .. chocolatier . Puis, ces ateliers familiaux cèdent le pas à l'industrie : la division des tâches, l'essor de matériaux moins onéreux comme le carton pâte, font baisser les prix et permettent une diffusion plus large du jouet, surtout en ville . Le jouet se standardise et devient un objet de grande consommation . Les plus modestes achètent des babioles à 1 sou aux marchands des rues ou aux colporteurs . Les autres choisissent dans les magasins ou sur catalogue . La Semaine de Suzette offre la poupée Bleuette pour tout abonnement . les occasions d'offrir des jouets se multiplient : jour de l'An, mais aussi Noël, Mardi-Gras, Pâques ..Mais beaucoup d'enfants ne reçoivent jamais de jouets .


LES TYPES DE JOUETS


Reflet de son époque, le jouet témoigne des événements marquants, des progrès techniques (calèche, trains, bateaux) ou des traditions de la société (les poupées aux filles, les fusils aux garçons) . Les objets de bazar en fer blanc, tôle, zinc, sont les moins chers : pistolets à amorce, toupies, cri-cri, moulins à vents, soldats ) . Les jouets mécaniques à clef, lanceur, horlogerie ou même à vapeur, sont nombreux . Les "bonhomme Martin" s'animent en tournant une clef : le violoniste joue de l'archer et le scieur de long agite sa scie . En 1901, le Meccano, inventé par Hornby, concurrence les cubes en bois . Les jouets de plein air, quilles, diabolos, cerceau, croquet, sont toujours appréciés . Peluches et marionnettes aussi, comme les chevaux à bascule, à roulettes, à ressorts ou à pédales . Les kaléidoscopes, lanternes magiques ou praxinoscopes amusent les petits comme les grands .


LES POUPÉES


la poupée tient une place particulière . C'est l'Allemagne qui d'abord se spécialise dans les têtes de poupées en bois, en carton et en cire, puis en porcelaine et biscuit, qu'elle exporte vers la France . Ces têtes sont ensuite fixées sur des corps en toile ou en peau, bourrés de sciure . La France supplante l'Allemagne à la moitié du XIX ème siècle en réalisant des poupées de grande qualité, tant au niveau de la finition du  visage, que de la confection des vêtements . Au départ, il s'agit de poupées-femmes qui évoluent dans des maisons meublées ou des boutiques miniatures . ces petits chefs-d'oeuvre sont réservés aux plus riches . Ailleurs,  on fabrique soi-même sa poupées avec des chiffons et de la paille . Puis les poupées, fabriquées en série, se standardisent et les prix baissent . la poupée-enfant, comme le bébé articulé (Jumeau 1875), apparaît . Les matériaux évoluent : celluloïd (1869), plastique (entre les deux guerres) et même latex . Enfin, la Barbie, dont le succès ne se dément pas, arrive sur le marché français dans les années soixante .
 
 
 
 










D'après un article de Florence Fourré-Guibert


 
Généalogie : recherchez vos ancêtres, publiez votre généalogie, consultez l'état civil ... Trafic Booster Annuaire pro libarticom