lundi 24 février 2014

LES TOPONYMES D'ORIGINE RELIGIEUSE

Derrière Dampierre, Saint-Gildas-des-Bois, Ozoir, Bellême, Niozelle ..., se devinent ou se cachent autant de toponymes qui tirent, en fait, leur origine du vocabulaire religieux .
Apparus tôt en France, les noms de lieux d'origine religieuse se sont en effet multipliés au Moyen Âge, lorsque le christianisme s'est généralisé . Ils ont marqué durablement la toponymie de notre pays .



LES DIVINITES GALLO-ROMAINE



On retrouve encore, à travers divers toponymes d'origine gauloise ou romaine, la trace des cultes qui ont précédé le christianisme . Parmi les nombreuses divinités gauloise, certaines sont plus importantes que d'autres . Belisama, par exemple, déesse parfois assimilée à la Minerve des Romains, a laissé son nom à Bellême (Orne) ou Blisme (Nièvre) ou dans sa version romaine à Manerbe dans le Calvados . Lyon, anciennement Lugdunum, pourrait venir du dieu Lug, ainsi que Laon ou Lodun, mais cette explication est contestée . Beaune serait associé à Belenos et les Vosges à Vosego . Enfin la bourbe, désignant la boue, dérive sans doute du nom de la divinité des sources, Borvo, et a donné des toponymes comme Bourbon (Bourbon-l'Archambaud dans l'Allier) ou la Bourboule, qui se réfèrent aux eaux thermales .



LE CULTE DES SAINTS



Le christianisme s'implante en Gaule à partir de 400, et les plus anciens toponymes chrétiens datent de cette époque . Cependant, c'est pendant la période féodale que ces noms se multiplient . On doit au culte des saints, le plus grand nombre des toponymes créés entre le XIe et XIIIe siècles et aujourd'hui, près de 4700 communes portent le nom d'un saint . Les premiers se forment à partir des mots latins dominus et domina, contractés en dom et dam : Domrémy-la Pucelle, Dampierre, Dammartin ...;Puis le mot sanctus se substitue à dominus .
A côté des saints partout présents (Martin, Jean, Pierre ...), on trouve des saints locaux : Tropez, Malo, Nabor, Renan...En outre, leur orthographe varie considérablement . Saturninus donne ainsi Sornin, Sorlin, Sernin, Savournin . A force de déformations, certains noms en sont inventés comme Saint-Chamond (Loire), en réalité Saint Ennemond . Quant à Sanary-sur-Mer (Var), il vient de Saint-Nazaire, et Xaintrailles (Lot-et-Garonne) de Sainte Araille, forme locale de Saint Eulalie .



DES EGLISES



Avec le christianisme sont apparus de nombreux lieux de cultes, allant de la cathédrale au modeste oratoire . Les termes qui les désignent ont évolué au fil du temps . Le plus ancien est probablement cella, le grenier en latin, qui a donné la celle, chambre à provision (le cellier), mais aussi la cellule du moine, l'ermitage ou le petit monastère . Les toponymes s'y rapportant sont nombreux : la Celle, la Celle-Saint-Cloud (Yvelines), Navacelle (Gard), mais aussi Selle, Sceaux ...Le mot église vient, quant à lui, du grec eklesia, "assemblée", mais comme les églises prennent généralement le nom d'un saint, le mot en lui-même est plutôt accolé à un autre toponyme comme dans Lussac-les-Eglises (Haute-Vienne) par exemple . On peut trouver aussi Neuvéglise (Cantal), Méréglise (Eure-et-Loir), ou encore Griselles (Côte-d'Or) ou Egrisekkes (Yonne)  qui veut dire "petite église" . Les termes régionaux sont variés : gleisola en occitan qui donne Lagleygeolle (Corrèze) ou Laguiole (Aveyron), iliz en breton qui explique Brenilis (église de la colline). Le terme grec " basilique" adonné en ancien français bazoche et ses dérivés Bazaiges, Bazauges, Bazailles ....



..... ET DES MONASTERES 



Au Moyen Âge, fleurissent aussi les monastères du latin monasterium, qui donne montier ou moustier . En réalité, le mot désigne n'importe quel lieu de culte . Ainsi trouvons-nous Villy-le-Moustier ( Côte-d'Or), Montier-Chaume (Indre), les Moustiers-Ventadour (Corrèze) ... et leur diminutifs : Ménestreau, Ménétréol, Mennetou, Monthou, Montreuil, Montreux ...Monge est la forme méridionale de "moine" . Les grands ordres religieux peuvent aussi être à l'origine de certains toponymes comme Prunay-le-Temple (Yvelines) par exemple .



LES AUTRES TERMES RELIGIEUX 



Ils sont nombreux et font référence aux lieux de culte, mais aussi aux croix, aux hospices, aux cimetière, aux aumôneries, aux maisons qui accueillent les pauvres ou les pèlerins, aux presbytères ...Impossible d'en faire le tour ici . Attardons-nous cependant sur ceux qui utilisent le mot Dieu : la Chaise-Dieu (Haute-Loire) ou la Villedieu . Quant à Bourdieu, il désigne certains établissements ou l'on recueille les lépreux . 







                                            La rue Houdan à  Sceaux vers 1900 et L'église de Montreuil-aux-Lions 





                                           La place de la République à Bellêm, et Hôtel-Dieu, hospices de Beaunes 








Généalogie : recherchez vos ancêtres, publiez votre généalogie, consultez l'état civil ... Trafic Booster