samedi 17 mai 2014

VOTRE MAISON A UNE HISTOIRE

Maison des villes ou maison des champs, chaumière ou château, votre maison a son histoire qui est aussi un peu la vôtre . Car on occupe moins une maison qu'on ne l'habite : lieu de vie, elle inscrit les gestes du présent dans une mémoire qui lie l'espace au temps . 
Cette mémoire n'est pas l'apanage de ceux qui possèdent une maison héritée de leurs ancêtres . Même si vous venez d'acheter une maison, vous pouvez, en retraçant son histoire, vous inscrire dans la chaîne symbolique de celles et ceux qui y ont vécu et l'ont peut-être transformée . Mais comment faire pour bâtir cette histoire ? Voici quelques pistes qui seront développées et détaillées ultérieurement ....



LA MEMOIRE DES VIVANTS 


La meilleure façon de commencer une enquête, c'est d'interroger les témoins ! S'il s'agit d'une maison de famille, sollicitez les souvenirs de votre parenté . Sinon, vous pouvez rendre visite aux anciens propriétaires, aux voisins âgés, aux commerçants et aux artisans ayant travaillé dans les bâtiments . Vous récolterez ainsi des données précises quant aux différents propriétaires ou au bâti lui-même, mais aussi une foule d'anecdotes qui vous rendront la maison familière . Ainsi cette maison de village qui, avant l'ère des cantines scolaires, a accueilli à midi toute génération d'enfants . Il a suffi aux nouveaux propriétaires de solliciter cette mémoire collective et affective pour gagner une foule de renseignements ... et pas mal d'amis . N'oubliez pas de feuilleter les albums de photos en étant attentif aux arrières-plans : la ferme derrière la petite fille, ou la boutique devant laquelle trônent patrons et commis, est peut-être votre maison actuelle . 


...ET CELLE DES PIERRES


En examinant la maison , on récolte de nombreux indices concernant l'époque et les étapes de la construction . Il y a d'abord ce qui se voit : la façade, la toiture, le style des ouvertures ... Par exemple, un toit dit "à la Mansart" signe la période Louis XIV . Vous pouvez consulter des ouvrages sur l'histoire de l'architecture et les traditions architecturales locales, mais il existe aussi des revues spécialisées, comme Vieilles maisons françaises ,  et des monographies régionales très utiles . Il y a ensuite ce qui est caché : cheminée bouchée, cave oubliée, fenêtre occultée ...Ainsi, derrière le plâtre du manoir de Vonnes, qui servit de modèle à Balzac pour son roman Le lys dans la vallée, se trouvait une cheminée sculptée, aujourd'hui classée . 
A partir de ces éléments, on peut consulter le cadastre qui indique l'évolution du bâti, l'état foncier et le type de bien, mais aussi les hypothèques ainsi que les permis de construire et de démolir . Les photos et cartes postales anciennes témoignent de l'état antérieur des bâtiments . 
Enfin, les meubles et objets qui restent en diront long sur la manière de vivre et les goûts des prédécesseurs . A ce propos, les inventaires après décès fourmillent de renseignements : tous les biens mobiliers présents dans la maison du défunt y sont inventoriés et l'aménagement de chaque pièce y est soigneusement décrit . Il est ainsi possible de se faire une idée exacte du cadre de vie d'alors, ca qui est instructif et finalement assez émouvant . 


LE PATRIMOINE 


Une maison est un patrimoine qu'on transmet . Tous les documents concernant les héritages et la fiscalité sont donc intéressants : contrats de mariage, testaments, rôles de fouage, censiers ou terriers qui établissaient la liste des feux fiscaux ou celle des foyers assujettis aux taxes seigneuriales . Les actes de ventes donnent la liste des propriétaires successifs et le descriptif du bien vendu . Le cadastre et les états du remembrement inventorient la propriété foncière . A partir de là, on peut établir une généalogie classique des divers propriétaires de la maison en consultant l'état civil, les registres paroissiaux . 


QUAND L'HISTOIRE EST COLLECTIVE 


Plus généralement, l'habitat, souvent lieu de travail, rend témoignage du quotidien des actifs d'autrefois et de la vie communautaire : un four, un moulin, une ancienne gare, une vieille école, un atelier ou une boutique par exemple . Les bâtiments agricoles sont les plus connus, mais certaines maisons gardent trace d'activités plus rares, comme ces petites maisons du Morbihan qui, au IXe siècle, servaient à la conserverie des sardines . Il faut donc élargir les recherches au village ou au quartier et s'en référer aux monographies, aux registres du commerce et aux ouvrages sur les anciens métiers . 




Le Château de Nohant en 1870



Le Château de Nohant en 1995




La gare de Trogues aujourd'hui transformée en maison d'habitation 


La gare de Trogues 

http://www.facebook.com/BERNE.genealogiste



Généalogie : recherchez vos ancêtres, publiez votre généalogie, consultez l'état civil ... Trafic Booster