mardi 15 juillet 2014

LE VIGNOBLE DANS LES TOPONYME

La France d'autrefois est un pays de vignes où partout se côtoient les quelques rangs de ceps que chacun cultive pour sa propre consommation et les exploitations viticoles plus importantes .
Si beaucoup de ces vignobles ont ensuite disparu, en particulier après la grande crise du phylloxéra au XIXe siècle, les toponymes s'y rattachant ont perduré et offrent de bons indices sur l'histoire de la vigne en France .



VIGNES ET CÉPAGES 



Les mots dérivant du mot vigne sont les plus aisés à  repérer : vignette, vignolle, vignaud, vignasse, vineux, vincelles ...La Grande-Vignolle, par exemple, est un ensemble troglodyte du Saumurois qui servait de caves à vin . Nouvion-le-Vieux, près de Laon, indique une ancienne production de vin, même si elle a disparu aujourd'hui, de même que Vignieux-sur-Seine, Vigny en Ile -de-France ou Les Vignettes, hameau de la région de Pithiviers . Quant aux Vieilles-Vignes, aux Vignes Blanches, etc ..., elles sont innombrables . Si d'autres toponymes encre se rapportent directement à la culture du raisin, comme ceux qui comportent le mot cep, raisin ou grappe par exemple, certains sont moins évidents . Plante et ses dérivés, plant, plantier, plantées prennent dès le Moyen Âge le sens de lieux plantés de vignes . De même, le chapon ne désigne pas seulement une volaille, mais de jeunes plants de vigne . D'autres termes indiquent soit le nom du cépage, comme dans la rue des Morillons par exemple, ou le type de raisin produit : clairet pour le raisin blanc, ou nègre pour le raisin noir . Ainsi un lieu-dit appelé Les Nègres n'était nullement habité par des Noirs, mais produisait du raisin noir . 



GRANDS CRUS ET MAUVAISES PIQUETTES 


Les toponymes ne se contentent pas de signaler la présence passée d'une vigne, mais aussi la qualité du sol où elle pousse . Il existe ainsi toute une poétique du bon terroir qui est appelé La goutte-d'Or, le Grand d'Argent ou encore la Grande Perdrix ou le Chante Merle, les oiseaux étant friands de grains sucrés . Il semble cependant que les toponymes évoquant une mauvaise terre soient les plus nombreux . Le Verjus, le Verjutier, Le Bouvreux ou le Bouvrot désignent des terres qui ne produisent que des grains verts et donc un jus acide, une piquette qu'on retrouve dans des termes comme la picotte, la galoppe, la varosse ou la bardolle  . Les toponymes peuvent être imaginés comme ces Mocque-Bouteille, Moque-Tonneau ou Moque-Poinçon qui qualifient une terre de si mauvais rendement qu'elle a l'air de se moquer du vigneron . 



L'ART DU VIGNERON 


Beaucoup de toponymes s'attachent à désigner les modes de culture et les savoir-faire vignerons . Les hautains, les tires ou les fourches évoquent des vignes hautes qui montent sur des échalas, de même que la treille et ses dérivés, treuil ou treuille . Les échalas, les pousseaux, les troches ou truchots sont les pieux qui servent à soutenir les ceps, tandis ue le rondeau est un rang de vigne et la versenne est un sillon . Le lieu-dit le Treytin est tiré de la treyte, sillon transversal qui permet l'écoulement des eaux de pluie . La gobelette est liée à la taille des pieds de vignes, mais aussi à la consommation excessive de vin puisqu'en argot, elle signifie boire trop, s'enivrer . D'autres mots se rapportent à des métiers annexes, par exemple ceux qui évoquent les tonneliers ou à la verrerie . 



PROPRIÉTÉS VIGNERONNES 


Les noms de lieu sont aussi de bons indicateurs concernant les types de propriétés ou de bâtiments présents dans les pays de vignes . Les plus fréquents sont composés avec le mot "clos" qui désigne une terre entourée de mur et plus largement un petit domaine agricole souvent situé en périphérie des villes ou des villages, et le mot "château" . Celui-ci ne se réfère pas obligatoirement à un château proprement dit, mais à un grand domaine viticole, où se trouve souvent, il est vrai, une grande demeure . "Clos" et "château" sont suivis soit du nom de cépage, du terroir ou du propriétaire, soit de mots qui indiquent une qualité ou une particularité de la région . Tout près de Montluçon, par exemple, on trouve des lieux-dits comme le Clos de Lacelotte, le Clos des Bergeronnes, le Clos de la Croix, Le Clos du Chézot...Cellier, Pressoir, bennes, tonnes sont des mots qui, présents dans les toponymes, font aussi référence à la vigne, de même que murets, murgers, pérodelle ou côtes qui indiquent la présence de terrasses ou de pentes propices à la viticulture .