lundi 20 octobre 2014

LA VILLE DANS LES TOPONYMES

Ville, village, hameau, banlieue ou faubourg, ces termes sont avant tout pour nous des noms communs qui désignent diverses formes d'agglomérations . Ils sont pourtant à l'origine de nombreux toponymes : en effet, dans un environnement très peu urbanisé, il suffisait de dire simplement LA VILLE pour comprendre de quel lieu il s'agissait . 

Le mot "ville", que nous employons aujourd'hui pour désigner un centre urbain d'une certaine importance, nomme à l'origine un domaine rural, conformément au sens du terme latin villa . Il comprend des terres agricoles et la maison du propriétaire, assorties parfois d'un moulin, d'une forge ou de petits ateliers artisanaux produisant ce qui est nécessaire à la consommation locale . 



LA VILLA : DU DOMAINE A L'AGGLOMERATION 



Ces villae sont implantées en Gaule par les Romains et participent à la colonisation du pays et au ravitaillement des légions . Elles se multiplient dès le Ve siècle et continuent durant toute la première partie du Moyen Âge . Peu à peu cependant on assiste à un glissement de sens, villa désignant de plus en plus un groupe de maisons, puis à partir du XIIIe siècle, un village ou une ville . Pourquoi une telle évolution? Peut être parce qu'une partie des terres des villae étant exploitée par des paysans, ceux ci se groupent en villages, ou encore parce que la villa, devenant un centre économique et marchand, favorise un certain développement urbain . Quoi qu'il en soit, on retrouve ce mot dans nombre de noms de ville actuels, souvent assorti d'un nom de personne ; il s'agirait alors du propriétaire du premier domaine . Aubervilliers, par exemple, pourrait signifier le domaine d'Aubert, Goussainville, le domaine de Gunsana, en latin Gunsanevilla, et Abbeville, anciennement Abbatis villa, la ville de l'abbé . Quant à Villeurbanne, le toponyme pourrait dériver de villa urbana, la partie de la villa réservée à l'habitation du maître . Dans les fondations plus récentes, on retrouve aussi ces noms propres mais, là, le mot "ville" est employé dans son sens moderne . Charleville, par exemple, a ainsi été fondée par Charles 1er Gonzague à la fin du XVIe siècle et signifie dès l'origine la ville de Charles . Beaucoup d'autres qualificatifs viennent compléter le mot "ville" . Fréville veut dire ville froide, Grandville, grande ville, Neuville ville neuve, Belleville grand et beau domaine, Lavillaureix la ville des vents ....Les Villeneuve, qui sont assez nombreuses (Villeneuve Saint Georges, Villenave d'Ornon....), font référence à la création d'un nouveau domaine ou, plus souvent, d'une nouvelle ville au Moyen Âge ou sous l'Ancien Régime . 



CITES ET COMMUNES 



Le nom latin qui désigne la ville n'est donc pas villa, mais civitas, la cité, ou plus exactement "l'ensemble des citoyens" . Paradoxalement, ce terme a donné peu de toponymes par rapport à villa . On peut quand même mentionner La Ciotat , qui pourrait dériver de ce mot . Le latin communia a donné au XII e siècle le mot commune, qui signifie alors "ville non soumise au pouvoir féodal et dirigée par une assemblée d'habitants", mais, à ce terme, on a préféré l'expression  de Villefranche (Villefranche de Rouergue, Villefranche sur Saône...) qui fait référence au statut juridique de la ville qui bénéficie de privilèges, comme l'exemption de certains impôts ou la faculté de s'administrer elle-même . 


VILLAGES ET HAMEAUX 



Les mots pour désigner les hameaux ou les villages sont assez nombreux à se retrouver dans les toponymes, mais le terme même de village, formé tardivement au XVe siècle, est très peu présent dans les toponymes . En revanche, on trouve beaucoup de termes régionaux pour désigner les villages : heim, dorf, whir ou willer en Alsace, ker en Bretagne, marque dans les Landes .On peut aussi citer hamel, le hameau, qu'on retrouve par exemple dans Beauhamel ; voisin, qui au Moyen Âge, ne veut pas dire "celui qui habite à côté" mais le "hameau" et qui est à l'origine de Malvezin ou du Vésinet, ou encore vic qui a donné Neuvy, par exemple . Parfois, c'est la paroisse qui est mise en avant, comme en Bretagne avec les mots pleu (Pleumeur, grande paroisse ; Plougastel, paroisse du château ...) trève, partie d'une paroisse (Trévian, patit quartier ; Trégouet, quartier du bois ...) . Le lieu désigne, quant à lui, le chef lieu de la paroisse et on le retrouve dans Beaulieu, Chaulieu ou Franclieu ;



La rade de Villefranche sur Mer et le cap Ferrat en 1926





Vue générale de Beaulieu sur Mer vers 1900




Le carrefour du boulevard de la Villette et de la rue de Belleville 






Création d’entreprise